Développeur Mobile & Ubiquitaire – Référentiel de compétences

Mobilité, ubiquité, « mobiquité », nomadisme… autant de termes caractérisant la société ubiquitaire symbolisée par l’acronyme « ATAWADAC » (AnyTime, AnyWhere, AnyDevice, AnyContent). La société ubiquitaire en plein essor permet une connexion permanente des individus, notamment via les mobiles et Internet et facilite le travail à distance, le contrôle à distance d’appareils électro-ménagers… ou encore les relations communautaires en ligne, etc.

La mobilité caractérise ce qui peut se mouvoir ou être mû, ce qui peut changer de place, de position. Cette notion intuitive de l’activité humaine se traduit cependant par trois aspects différents, et autant d’approches, dans le domaine de l’informatique : le nomadisme, l’ubiquité, les systèmes sensibles au contexte (dans le cadre de ce référentiel des applications sensibles à la localisation).

Nomadisme

La première façon de considérer l’informatique mobile consiste à fournir un dispositif portable aux utilisateurs. L’utilisation de ces dispositifs reste néanmoins immersive, c’est-à-dire que l’usage de ces dispositifs requière toute l’attention de l’utilisateur et s’applique à tout déplacement, indépendamment de celui-ci. Cette approche est souvent appelée nomadisme, bien que ce terme puisse prendre d’autres significations dans d’autres domaines, comme dans les systèmes distribués où le nomadisme désigne la capacité d’un système à fournir à chaque utilisateur son environnement de travail sur n’importe quelle station. L’un des exemples les plus connus de nomadisme sont les ordinateurs portables et les tablettes numériques, que nous amenons avec nous, afin d’emporter notre environnement informatique de travail ou nos documents.

Informatique Ubiquitaire

La deuxième façon de considérer l’informatique mobile est de l’inscrire dans une approche plus globale que constitue l’informatique ubiquitaire. L’informatique ubiquitaire, appelée également informatique pervasive, a pour but de rendre accessible toutes sortes de services, n’importe où, tout en masquant l’ordinateur. Cette volonté d’affranchir l’utilisateur des contraintes actuelles d’utilisation d’un ordinateur (être assis devant un clavier, un écran, etc.) lui rend sa liberté d’actions, notamment sa liberté de mouvement. L’ubiquité permet donc souvent la mobilité.

L’accompagnement de ces changements (nomadisme & ubiquité) passe notamment par le développement de normes et la recherche de la structuration des métiers et pratiques. Face à la profusion des supports (tablettes, télévision, véhicules, voire réfrigérateur, etc…) le W3C à edicté un standard « Mobile Web Best Practices 1.0 » censé faciliter la création et la diffusion de contenu lisible par le bais de l’internet. Ces recommandations permettent aux webmasters d’élargir leur public, créer des sites mobiles et des applications efficaces et ainsi faciliter la navigation sur le Web à partir des terminaux mobiles.

Les conseils du W3C se résument en dix points :

  • créer pour un seul web,
  • respecter les standards web,
  • éviter les risques connus,
  • connaître les limitations des terminaux,
  • optimiser la navigation,
  • vérifier les graphiques et les couleurs,
  • penser « petit »,
  • utiliser le réseau avec parcimonie,
  • aider et guider les utilisateurs
  • penser aux utilisateurs en déplacement.

Le développeur web mobile effectue la réalisation technique et le développement informatique d’applications mobiles. A l’aide du cahier des charges réalisé par le chef de projet web mobile, il programme les fonctionnalités qui correspondent aux besoins du client pour son application mobile. Il peut s’agir d’une version d’un site web adapté à la consultation sur téléphone portable comme d’une application spécifiquement développée pour une tablette numérique ou prochainement sur les téléviseurs connectés.

Créer pour un seul web c’est produire du contenu qui fonctionne sur un maximum de terminaux pour permettre de réduire les coûts, d’améliorer la flexibilité et de répondre aux besoins du plus grand nombre.

Pour cela, il faut effectuer des tests sur les terminaux réels et sur les émulateurs. De plus, le respect des standards web sur un marché extrêmement fragmenté comme celui des terminaux et des navigateurs, est la meilleure garantie d’interopérabilité.

Ceci implique de connaître les limitations des terminaux et optimiser la navigation et une bande passante limitée. Il faut que la navigation et la saisie restent faciles. Vérifier les images, les couleurs et les styles car certains terminaux disposent d’écrans à faible contraste ou ne prennent pas en charge tous les formats.

Enfin, aider et guider les utilisateurs grâce à une conception efficace permettant de minimiser l’utilisation du clavier et penser aux utilisateurs en déplacement qui ont besoin d’informations succinctes par manque de temps et de disponibilité.

L’administrateur de sites web est un technicien. Son rôle est de gérer les sites web du point de vue de leur contenu suite aux requêtes des différents services (produits, marketing) avec lesquels il est en lien. Il met à jour le site et définit les attributions de chacun via une plateforme CMS.

Il s’assure également du bon fonctionnement du site et met en place des actions correctives en cas de dysfonctionnements en faisant appel à des spécialistes.

  • Les principales missions identifiées sont de :

    • Gérer la mise à jour et l’archivage du site.
    • Alimenter la base de données et synthétiser les informations recueillies.
    • Coordonner la mise à jour du site web en étant au cœur des 3 pôles : graphisme,  marketing web et produits
    • Accompagner les responsables produits dans la mise en place des moyens de webisation.
    • Analyser la fréquentation du site dans le but de proposer des améliorations en fonction des résultats observés.

  • Réfléchir aux conditions de développement du projet

    1. Réflexion des besoins du client en amont
    • Réaliser une arborescence du contenu et des fonctionnalités
    • Identifier les différentes phases du projet et les quantifier (coût, durée, moyens…)
    • Rédiger le cahier des charges technique
    • Proposer au client la meilleure adéquation qualité/coûts/délais
    • Présenter les étapes de l’architecture d’information et du design d’interface
    • Définir les types de navigation, les modes d’accès aux rubriques, les liens et les raccourcis
    • Définir la structure de la page, l’emplacement de chaque module et de chaque fonctionnalité, en accord avec les designers et l’ergonome

     

    1. Gestion de projet
    • Suivre les spécifications et la production
    • Réaliser le storyboard ou wireframe du site
    • Réaliser le montage des pages et le design de l’application
    • Réaliser des scénarios d’enchaînement de pages
    • Intégrer les textes, images, vidéos et sons
    • Choisir des libellés pour les boutons, les rubriques, les menus, les liens, les titres des pages

  • Gérer la réalisation des applications en fonction des supports

    • Optimiser la navigation
    • Mettre au point le fonctionnement des systèmes de recherche dans le site (type d’informations indexées, type de moteur de recherche…)
    • Penser la présentation des résultats de la recherche
    • Concevoir les interfaces de réponse et les messages d’erreur
    • Planifier, conduire et participer aux tests utilisateurs
    • Saisir les modifications nécessaires et corriger les bugs
    • Réaliser les tests sur les terminaux réels

  • Assurer le suivi des utilisateurs et mettre en place des actions de correction

    • Suivre et développer les extensions possibles
    • Recueillir et analyser l’information pour organiser une veille concurrentielle
    • Fournir au client la documentation nécessaire à la bonne utilisation et à la maintenance du produit

  • Etudes

    Interviews de trois développeurs mobile :

    • Mr N. DESMARTEAUX – Castorama (région Nord-Pas de Calais)
    • Mr N. WIERZBINSKI – PPGM (région Nord-Pas de Calais)
    • Mr J. QUICQUE – (Belgique)

Référentiel Développeur Mobile
  1. (Email valide indispensable)
 

cforms contact form by delicious:days



Articles similaires:

Print Friendly

Tags: , ,

Lire les articles précédents :
Flasheur multimédia – Référentiel de compétences

Pourvu de qualités imaginatives et d’un sens aigu du design, le flasheur a pour objectif d’attirer l’œil des visiteurs grâce...

Fermer